Journal de lutte, 19 avril 2018

Grosse mobilisation unitaire ce 19 avril

L’intersyndicale avait appelé à une mobilisation unitaire avec des manifestations partout en France aujourd’hui et les cheminot-es, étudiant-es, fonctionnaires et tou-tes les travailleur-ses ont manifestement répondu à cet appel. Des cortèges ont défilé dans près de 130 villes en France1, rassemblant près de 300 000 personnes selon la CGT.2 Tous les corps de métier étaient représentés, on retrouvait ainsi auprès des cheminot-es et des étudiant-es, largement mobilisé-es depuis plusieurs semaines, des fonctionnaires, des magistrat-es, des salarié-es du privé, etc …3 Pas étonnant quand on voit la diversité de réformes destructrices annoncées par le gouvernement/

Au début de la manifestation, à Rouen, des mannequins représentant Macron et Guillaume Pépy, l’actuel dirigeant de la SNCF (et à priori, le principal responsable des difficultés de l’entreprise, qu’il « gère » depuis 10 ans) ont été mis au bûcher par les cheminot-es.

Des violences policières sont à déplorer4, par exemple à Paris où un jeune étudiant manifestant de Paris 5 s’est fait ouvrir le crâne sous les coups d’un CRS alors qu’il était à terre.5 On dénombre aussi plusieurs manifestant-es blessé-es par des grenades de désencerclement.6 Les provocations des forces de l’ordre participent à ce climat de violences physiques sans cesse radoté dans les médias, accusant sans cesse les manifestants de toujours être les premier-ères provocateur-rices, sans jamais s’interroger sur la responsabilité des forces de l’ordre dans l’escalade de la violence.

Les creuses annonces de Macron sur la reprise de la dette de la SNCF

Dimanche soir, lors de l’interview par Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel d’Emmanuel Macron marquant la fin de sa première année de mandat, ce dernier a affirmé que la dette de la SNCF serait reprise progressivement par l’Etat à partir de janvier 2020. Une annonce qui contraste avec l’évident mutisme gouvernementale lors des concertations avec les syndicats, qui réclamaient des annonces concrètes sur ce point. Mais l’exécutif avait raison de rester muet sur la dette, et Macron semble s’être avancé un peu vite avec son annonce de reprise de la dette. Les députés de la commission des Finances en sont témoins :  aucune stratégie de reprise de la dette n’a été imaginée.7 Les hauts fonctionnaires entendus par la commission ont surtout tenté de noyer le poisson derrière un vocable technique d’explication de la dette de la SNCF, justifiant ainsi l’action gouvernementale, mais sans jamais préciser ce qu’il adviendra concrètement de la dette. Si reprise de la dette il y a (45 milliards d’euros à ce jour), cela pèsera très lourd sur les finances du pays. Dès lors, il y a aura deux solutions pour le gouvernement : faire des coupes budgétaires dans plein d’autres domaines pour libérer de l’argent pour reprendre la dette ou faire payer le contribuable. Dans les deux cas nous sommes tou-tes perdant-es.

L’intersyndicale quitte les concertations sur la SNCF

Les 4 principaux syndicats de la SNCF – CGT, SUD Rail, UNSA et CFDT – on quitté aujourd’hui la table des concertations avec le gouvernement.8 Cette décision intervient après de nouvelles annonces du président et de son premier ministre, notamment sur le reprise de la dette par l’Etat, ou sur la prochaine filialisation du fret. Ces décisions sont toujours prises en plus haut lieu par E. Philippe et E. Macron, qui préfèrent en revanche envoyer leurs ministres sur le front des négociations. Les cheminot-es ont justement demandé à être reçu directement par le premier ministre. Pour la suite de la mobilisation, la CFDT, la CGT et l’UNSA restent fidèles au calendrier de grève tandis que SUD Rail appelle toujours à une grève reconductible, sûrement plus efficace.

Des guides pour mieux comprendre la loi ORE et la nouvelle plateforme ParcourSup

Face à la propagande gouvernementale et médiatique, difficile de toujours bien discerner les objectifs réels du projet de l’exécutif concernant l’université ou le fonctionnement de la plateforme ParcourSup. Le collectif d’enseignant-es-chercheur-ses Sauvons l’université ! ont publié aujourd’hui un guide critique de ParcourSup, afin de démêler le vrai du faux autour de cette réforme. La rhétorique pro-sélection y est reprise et déconstruite, afin de démontrer la fausse solution qu’est la loi ORE ainsi que les nombreux problèmes supplémentaires qu’elle pose. Ce guide s’ajout au mode d’emploi critique de ParcourSup publié par Rogue ESR dans son Observatoire de la sélection dont nous avons déjà parlé dans le journal de lutte.

Six président-es d’université appellent au « dialogue »

Dans une tribune, les président-es des universités de Rouen, Rennes 2, Lyon 2, Le Mans, Poitiers et Bordeaux-Montaigne interpellent l’exécutif à propos des problématiques engendrées par la loi ORE et la nouvelle plateforme ParcourSup. Plusieurs points importants sont soulignés : gel des postes d’enseignant-es, précarisation des vacataires auxquel-les les universités ont constamment recours, insuffisance des capacités d’accueil dans de nombreuses filières entraînant des cours et TD surchargés, etc … Ce soutien institutionnel est intéressant, cependant, la sélection n’est jamais présentée comme absolument inacceptable. De plus, la solution d’une augmentation drastique des moyens alloués aux universités n’est jamais évoquée, pourtant, c’est celle qui résoudrait le plus de problèmes de l’université.

Les IEP se mobilisent contre ParcourSup

Nous parlions de l’occupation de Sciences Po Paris hier, mais l’IEP parisien n’est pas le seul à se mobiliser face à la loi ORE et sa plateforme associée ParcourSup : Lille, Rennes, Grenoble et Strasbourg.9 Cela représente la moitié des IEP (Institut d’Etudes Politiques) du pays. A Rennes, c’est également une occupation qui a lieu, une mobilisation qui n’a rien d’étonnant, la capitale bretonne étant l’une des places fortes de la mobilisation étudiante (une AG à Rennes 2 a regroupé près de 5000 étudiant-es dans la semaine). Les IEP de Lille et Grenoble ont été ou sont toujours bloqués, tandis qu’à Strasbourg, un sit-in pacifique a été voté. La mobilisation des IEP, parfois critiquée car ses étudiant-es ont de fait subi une sélection, témoigne de la solidarité qui existe entre les formations. Construire cette solidarité dès nos études est une des clés de la décorporatisation des luttes.

ZAD de Notre-Dame des Landes : pas d’avancées

La venue du ministre Nicolas Hulot n’aura pas changé grand chose à la situation, qui a vu préfecture et occupants rester sur leurs positions respectives. Il semble que sur ce dossier également, le gouvernement ait choisi de ne pas bouger non plus.

La préfecture a annoncé la tenue d’une énième réunion ce vendredi, mais réitère les menaces d’expulsion « de grande ampleur » sous le prétexte habituel de « respect de la loi ».

La réforme de la justice présentée vendredi en conseil des ministres

Les avocat-es et magistrat-es étaient mobilisé-es aujourd’hui lors des manifestations unitaires partout en France, et on comprend bien pourquoi. En effet, la Garde des Sceaux – Nicole Belloubet – doit présenter la réforme de la justice en conseil des ministres demain.10 Une réforme censée améliorer l’efficacité de la justice va entraîner une simplification des procédures pénales et civiles, notamment par la numérisation des services, l’efficacité des peines – la terminologie employée ici fait clairement froid dans le dos -, ainsi que par une nouvelle organisation territoriale du système judiciaire. C’est un projet de loi de très grande envergure qui va totalement bouleverser le fonctionnement de la justice en France. Les syndicats de magistrat-es ont prévu de se mobiliser, en grève perlée façon SNCF ou des journées mortes de la justice.

  1. http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2018/04/19/la-cgt-veut-faire-converger-les-luttes-face-a-macron-130-mobilisations-en-france_5287775_3224.html
  2. http://cgt.fr/Une-journee-qui-en-appelle-d-autres.html
  3. http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2018/04/19/manifestation-interprofessionnelle-la-convergence-des-luttes-on-la-voit_5287922_3224.html
  4. https://twitter.com/BlocusInfos
  5. https://twitter.com/TolbiacLibre/status/987027386955976704
  6. https://twitter.com/TaranisNews/status/986998268306624517
  7. http://www.lcp.fr/la-politique-en-video/reprise-de-la-dette-de-la-sncf-les-deputes-de-lopposition-voient-rouge
  8. http://abonnes.lemonde.fr/entreprises/article/2018/04/19/sncf-l-intersyndicale-suspend-la-concertation-avec-la-ministre-des-transports-elizabeth-borne_5287734_1656994.html
  9. http://abonnes.lemonde.fr/campus/article/2018/04/19/cinq-iep-pas-science-po-centres-ont-rejoint-la-mobilisation-contre-parcoursup_5287911_4401467.html
  10. https://www.ouest-france.fr/societe/justice/tres-contestee-la-reforme-de-la-justice-presentee-vendredi-en-conseil-des-ministres-5708348?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

About twoinou_

twoinou@protonmail.com

View all posts by twoinou_ →