Génération Identitaire met en place une traque des migrant-es

Samedi matin, Génération Identitaire – organisation de jeunesse d’extrême droite – a débuté une opération de grande envergure dans les Alpes contre les migrant-es, parfois  mineur-es, bravant l’altitude pour traverser la frontière transalpine.1

Une opération raciste et xénophobe

L’objectif de Génération Identitaire : bloquer les migrant-es tentant de passer la frontière par le col de l’Echelle, passage obligé entre la France et l’Italie. Dans les airs, les militant-es d’extrême droite traquent littéralement les migrant-es voulant passer la frontière. Au sol, une frontière physique composée de grillages de chantier a été posée et une grande partie des membres de GI sur place vont certainement passer la nuit sur les lieux. Derrière le faux discours de l’organisation, alternant entre préoccupation pour la sécurité des migrant-es lors du passage de la frontière et exagération quantitative des flux migratoires, se cache un réel discours raciste et xénophobe, cette opération en est l’illustration.

De grands moyens déployés

Près de 100 membres, majoritaire français-es mais aussi italien-nes, hongrois-es, anglais-es, allemand-es, autrichien-nes et danois-es de Génération Identitaire étaient présent-es pour cet horrible « Projet Alpes ».  Durant toute la journée, porte-paroles et autres membres de l’organisation fascisante ont relayé leurs agissements sur les réseaux sociaux, avec une fierté affichée de commettre des actes racistes et xénophobes. Nous avons ainsi pu mesurer l’ampleur des moyens déployés par GI pour son opération : deux hélicoptères accompagnent les équipes présentes au sol, de nombreux panneaux – avec un graphisme et une impression bien léché-es – affichant des slogans hostiles aux migrant-es ont essaimé partout autour du col, tou-tes les participant-es de GI avaient des t-shirts floqués pour l’occasion. Tout est précisément organisé et calculé au millimètre impliquant d’énormes moyens mis en jeu pour l’opération. Sur les réseaux sociaux, le hashtag associé à l’événement était sur tous les fils twitter, montrant aussi l’offensive également virtuelle de l’organisation fasciste.

Fascisme et capital

Ces agissements ont lieu pendant le débat parlementaire autour de la loi Asile-Immigration pour lequel les député-es LREM et FN marchent main dans la main. Nous avons déjà détaillé les principaux points du projet de loi Asile-Immigration dans un précédent Journal de Lutte. Les associations d’aide aux exilé-es ont massivement dénoncé cette loi et les effets qu’elle entraînera sur les populations migrant-es et même certain-es député-es LREM s’indignent contre inhumanité de cette loi. Le traitement réservé aux exilé-es est clairement opposé aux déclarations du candidat Macron, qui parlait du fait d’être humanisme, même si déjà à l’époque, nous n’y croyions pas. Quand il s’est retrouvé face à Marine Le Pen au second tour, nombreux-ses ont été celleux à appeler au vote Macron, pour faire barrage au FN et à sa xénophobie. Quelle leçon tirer de ce barrage quand député-es LREM et FN votent conjointement une loi migratoire extrêmement restrictive ?

Étant donnée la présence d’hélicoptères, on imagine mal que les services de renseignement n’étaient pas au courant de l’opération organisée par Génération Identitaire, pourtant, aucune intervention ne semble être mise en œuvre. L’exécutif laisse cette opération se dérouler sans réagir, témoignant ainsi de son virage de plus en plus marqué vers la droite. Mais sommes-nous vraiment surpris-es de cette inaction étatique alors que les parlementaires de la majorité font preuve jour après jour de leur absence d’humanité vis à vis des populations exilées ?

Rappelons également le mauvais traitement des associations d’aides aux migrant-es dont le travail est saboté par les forces de l’ordre ou par l’Etat, par exemple avec la circulaire Collomb il y a quelques mois. Ou encore l’existence du délit de solidarité pour les citoyen-nes faisant preuve de solidarité envers les migrant-es arrivant sur notre territoire, notamment dans les Alpes. Le gouvernement traque les acteur-rices de toutes ces formes de solidarité, mais laisse une organisation à caractère fasciste effectuer une traque de migrant-es.2

Un traitement médiatique minimal

On s’attendrait à ce que cette opération de haine massive soit unanimement condamnée dans les médias, notamment par le gouvernement, au moins pour la forme s’il n’empêche pas cette campagne. Pourtant, les grands quotidiens nationaux et régionaux – quand ils daignent traiter l’information – se risquent à peine à l’appellation « extrême-droite » pour une organisation qui, rappelons-le, organise des camps d’été de défense et de bourrage de crânes d’idées racistes3 et mobilise des bateaux pour empêcher les migrant-es d’accoster sur les côtes européennes.4 Les participant-es sont par exemple qualifié-es de simples « militant-es » dans La Provence et ainsi mis-es au même niveau que les nombreux-ses militant-es qui entretiennent réellement la solidarité envers les exilé-es et les plus précaires au quotidien. Un tel traitement journalistique est indigne face à une telle situation.

#RefugeesWelcome
  1. http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2018/04/21/alpes-des-militants-d-extreme-droite-vont-bloquer-le-col-de-l-echelle-lieu-de-passage-de-migrants_5288720_3214.html
  2. https://twitter.com/AubergeMigrants/status/987699481511714816
  3. https://twitter.com/trtworld/status/930013643172802561
  4. http://www.nova.fr/novamag/79203/generation-identitaire-loue-un-bateau-pour-empecher-le-secours-aux-migrants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *