Journal de lutte, 4 mai 2018

La mobilisation se poursuit à la SNCF

Les médias radotent la même rengaine: la mobilisation est en baisse. Ce doit sans doute être le même genre de baisse que le niveau scolaire, dont la baisse était déjà dénoncée dans l’antiquité. Sur le terrain, en revanche, la mobilisation se maintien et l’impact sur le trafic, au delà des annonces de la direction de la SNCF, est toujours aussi important; pour l’entreprise, il est plus simple d’annoncer des taux de maintien importants pour ensuite annuler les trains en catimini.

Comme un symbole, la cagnotte en support aux cheminots vient de dépasser la somme d’un million d’euros: cette somme lui fait bénéficier d’une couverture médiatique importante, qui devrait provoquer un regain de support.

Une manifestation importante prévue demain, à l’appel de la France Insoumise

Quelle sera l’importance et la signification de cette mobilisation ? Clairement tournée contre la personne du président de la république (comme le montre son appellation « Fête à Macron »), et non contre un système (par exemple… le capitalisme), elle tente de rassembler sur une base idéologique peu (ou trop) claire.

Consultation sur la grève à Air France: défaite du PDG

Alors que la grève aurait un coût estimé déjà supérieure à ce que les augmentations aurait coûté, la consultation des salariés s’est poursuivi ce vendredi et a donné son résultat ce soir: 55% de non. D’un côté de la balance, la démission du PDG; de l’autre, c’est l’inconnue : satisfaction des revendications ?

En tout cas, l’issue de ce referendum montre bien l’illusion sur les syndicats « peu représentatifs ». Au final, la majorité des salariés s’est prononcé en leur faveur.

La mobilisation étudiante se poursuit

Période de vacances oblige, les mobilisations étudiantes étaient sorties de l’agenda médiatique. Jouer la montre, parier sur le pourrissement du mouvement, et envoyer les forces de police pour la répression semble être l’essentiel de la stratégie du gouvernement. Mais l’arrivée inexorable des partiels de fin d’année fait que la technique des examens reportés et des aménagements toujours plus nombreux ne va pas tarder à montrer ses limites. D’autres part, on peut s’attendre à une pagaille monstrueuse lors de la présentation des résultats d’attribution des souhaits de l’usine à gaz de ParcourSup.

Un bilan à réaliser de ce premier mois de lutte

Quelles sont les perspectives des différents mouvements ? À la SNCF, seul le premier mois prévu sur les 3 vient de s’écouler. La mobilisation autour de la ZAD semble avoir été jugulée par une alternance peu lisible de répression et de négociation. La mobilisation étudiante a relativement peu d’impact économique sur le court terme. D’autres luttes, comme celle des postiers sont venues émailler le récit un peu répétitif d’un mouvement qui s’étale sur la longueur.

Faute de convergence en provenance d’autres secteurs, l’issue d’un combat entre des syndicats et un gouvernement décidé à jouer l’autruche – à l’image d’un président de la république en déplacement en Australie le jour du premier mai – reste incertain.

La victoire partielle des syndicats à Air France, qui a poussé le PDG à la démission, laisse tout de même beaucoup d’espoir à une lutte d’ensemble qui n’est pas terminée !