Journal de lutte, 14 mai 2018

Une « journée sans cheminot-es » réussie

Tandis que l’exécutif et ses sbires diffusent l’idée que « la mobilisation s’essouffle » chez les cheminot-es, les concerné-es s’activent pour construire et faire avancer leur lutte. Les syndicats représentatifs de la SNCF avaient appelé aujourd’hui à une mobilisation massive des salarié-es de la SNCF pour une « journée sans cheminot-es ». Le taux de grévistes était particulièrement important aujourd’hui, mobilisant des salarié-es de tous les corps de métiers de la SNCF. Près des trois quarts du personnel roulant (contrôleur-ses, conducteur-rices) étaient en grève ce lundi, mais aussi près de 40% des aiguilleur-ses ce qui porte le nombre total de grévistes à 28% selon le comptage de la direction de la SNCF. La mobilisation était bien plus importante aujourd’hui que lors du dernier épisode de grève où le taux de gréviste était aux alentours des 15%.1 Ce lundi était également le début de la consultation lancée la semaine dernière par l’interfédérale. En fin de semaine dernière et en devançant l’appel à consultation, la gare de Nice s’est déjà prononcée avec 95% des salarié-es opposé-es à la réforme du rail contre 5% lui étant favorable, le tout dans un vote qui a rassemblé 63% des salarié-es rattaché-es la gare de Nice. La consultation n’est peut-être pas la meilleure méthode, mais elle aurait le mérite d’illustrer massivement l’opposition des cheminot-es au projet de l’exécutif pour le rail en permettant aux salarié-es ne pouvant pas faire grève (pour des raisons personnelles, financières etc …) de se faire entendre. La direction s’entête en refusant de reconnaître la légitimité de cette consultation. D’importantes manifestations cheminot-es ont essaimé à travers le pays aujourd’hui (ici à Paris2).

L’occupation de Rennes 2 « La Commune du Bayou » expulsée

Ce matin vers 5h alors qu’il faisait encore nuit, la « Commune du Bayou » – nom de l’occupation d’un bâtiment sur le campus de Rennes 2 – a été expulsé par une opération des forces de l’ordre.3 Dès hier, la communication de l’université laissait supposer qu’une intervention aurait lieu pour expulser les occupant-es s’étant réapproprié leur lieu d’études. Des enseignant-es accompagnaient les policiers lors de cette intervention, ainsi que le président de l’université Olivier David, ce dernier bafouant par la même occasion les directives de son syndicat, le SNESup, favorable à la mobilisation étudiante. Aucun-e blessé-e ni interpellé-e n’est à déplorer du côté des étudiant-es lors de l’expulsion de ce matin. La mobilisation rennaise n’est pas prête de s’arrêter, tout comme celles du Mirail, de Tolbiac, de Nancy ou de toutes les facs occupées puis expulsées depuis le début du mouvement étudiant. Le mode opératoire est sensiblement le même que lors des autres expulsions : une intervention musclée alors qu’il fait encore nuit pour augmenter la tension et accentuer la pression sur les étudiant-es, moins nombreux-ses en période nocturne. La guerre des chiffrages a commencé, ces derniers s’élevant dans la bouche de certain-es à plusieurs centaines de milliers d’euros pour recouvrir de simples tags avec un peu de peinture, comme nous y sommes habitué-es après chaque expulsion d’une occupation.

Partiels annulés à Paris 8, Marseille et Lyon 2

Malgré la répression, la mobilisation étudiante continue, notamment à Paris 8 l’un des campus les plus mobilisés depuis le début de la contestation étudiante. Sur place, une occupation dure depuis de nombreuses semaines dans les locaux de l’université située à Saint-Denis (toutes les informations sur @P8enLutte). Ce matin, les étudiant-es mobilisé-es contre la loi ORE ont empêché la tenue des partiels de psychologie, délocalisés pour l’occasion à Saint-Ouen, qui ont d’ailleurs été annulés pour l’intégralité de la semaine en réponse à l’importante mobilisation.4 Des CRS étaient présents sur les lieux pour tenter d’empêcher le blocage des examens par les étudiant-es et filtrer l’accès à ceux-ci, sans succès. Le département de psychologie envisage notamment des devoirs à la maison pour remplacer les partiels annulés. Des partiels de sciences (comprendre sciences et techniques en langage journalistique peu rigoureux) ont aussi été annulés à Marseille alors qu’ils avaient déjà été délocalisés à la fac de droit pour empêcher tout blocage. Des CRS avaient d’ailleurs été mobilisés pour tenter d’empêcher ce blocage.5 L’université Lyon 2 a également annulé tous les partiels sur les deux campus que compte l’établissement. Dès 6h30 ce matin, le blocage était massif avec de nombreux-ses étudiant-es rassemblé-es devant les lieux d’examens et s’exposant une nouvelle fois aux gaz et aux coups de matraques des forces de l’ordre.6 Après – entre autres – la grève des étudiant-es de Paris 1 voilà de quoi donner de la motivation aux camarades étudiant-es mobilisé-es ailleurs dans des contextes moins favorables pour continuer d’agir.

La direction d’Air France arrête de jouer la montre

Alors qu’elle prétendait que la mobilisation syndicale représentait une part marginale de ses employé-es, a direction de la compagnie aérienne Air France a lancé une consultation d’entreprise auprès des salarié-es. Elle a joué et perdu, ses opposant-es remportant ainsi une large victoire qui devait se solder par la démission du PDG d’Air France, Jean-Marc Janaillac. Mais la direction du groupe a été mauvaise joueuse. En effet, la démission du PDG a mis longtemps avant d’être effective tandis qu’aucun-e remplaçant-e n’avait été annoncé-e pour le remplacer. Cette situation en suspens bloquait toutes les perspectives d’évolution de la situation au sein de l’entreprise, notamment autour des négociations sur les revendications des grévistes. Cependant, une présidente intérimaire est en passe d’être nommée en la personne de Anne-Marie Couderc, ancienne dirigeante du groupe Hachette et de Presstalis mais aussi ministre déléguée chargée de l’emploi du gouvernement Juppé.7

L’occupation du McDo de Gare de l’Est continue

Les grévistes du restaurant de Gare de l’Est de la grande chaîne de restauration rapide occupent toujours leur lieu de travail, notamment à l’initiative des syndicats CGT et SUD.8 Après 4 jours d’occupation, leurs revendications n’ont pas bougé et sont toujours aussi claires : un salaire à 13€/heure (une pétition en ligne a d’ailleurs été lancée à ce sujet) et l’arrêt de la mise en concurrence des salarié-es, qui tirent leurs conditions de travail vers le bas. Une AG inter-luttes s’était tenue ce samedi dans le McDo occupé rassemblant notamment des cheminot-es, des postier-ères et des étudiant-es, largement mobilisé-es. Une caisse de grève en ligne a été lancée pour soutenir les grévistes de Gare de l’Est.

La grève chez Vélib’ jugée illégale

Faute de préavis de grève annoncé suffisamment tôt, la grève des 37 employé-es de Vélib’ (par l’opérateur Smovengo) a été annoncée illicite aujourd’hui par le tribunal de Paris. Un préavis de « 5 jours francs » aurait dû être déposé par les grévistes pour que leur mobilisation soit légale. C’est donc la fin des barrages filtrants de l’entrepôt qui s’annonce, comme l’a également exigé le tribunal en demandant la fin des « blocages », signant la fin provisoire d’un mouvement qui dure depuis le 17 avril.9 La défense a soutenu que les entrepôts n’avaient jamais été bloqués et avaient toujours subi des barrages filtrants, n’empêchant pas totalement l’activité sur le site mais la ralentissant seulement. Par ailleurs, le tribunal a également demandé à Smovengo de ne plus avoir recours à des intérimaires pour palier à la grève de ses effectifs comme l’avait dénoncé la défense des salarié-es. La grève était basée sur des revendications salariales et de meilleurs conditions de travail.

Nouveau rapport d’Oxfam sur le CAC40

Dans son dernier rapport sur les entreprises du CAC40, l’ONG Oxfam  constate l’augmentation massive (+37%) des revenus du capital, reversé aux actionnaires des 40 plus grandes entreprises françaises depuis l’an 2000 et représente désormais 67,4% des bénéfices. Cette augmentation des dividendes distribuée est largement favorisée au détriment des investissements de l’entreprise (27,3%) mais surtout des augmentations de salaires ou des améliorations des conditions de travail pour les salarié-es (5,3%). Oxfam note également que la rémunération des actionnaires a augmenté 4 fois plus vite que celles des salarié-es entre 2009 et 2016. Mais les PDG n’ont rien à envier aux actionnaires, car leur salaire en en moyenne 257 fois plus élevé que le SMIC et 119 fois plus élevé que le salaire moyen de leurs salarié-es (en 2009, ce rapport était de de 96, soit une augmentation de 24%). Plus de la moitié des salaires des PDG est dépendante des résultats de leur entreprise en bourse, favorisant ainsi leurs agissements purement financiers. Durant les 8 dernières années, le recours à des filiales étrangères a également augmenté de 20% (parmi les filiales déclarées seulement, tous les montages financiers cachés ne sont de fait pas comptabilisés) alimentant toujours plus l’évasion fiscale. Loin de nous l’idée de faire une redite du rapport, nous vous laissons donc à la lecture de ce rapport de 84 pages pour connaître tous les chiffres autour du CAC40. Autour de ces 3 grands axes – rémunération actionnariale, grand écart salarial au sein des grands groupes et recours accru à l’évasion fiscale -, Oxfam publie un rapport illustrant une nouvelle fois l’hypocrisie capitaliste et la complaisance gouvernementale envers les plus riches.

  1. http://abonnes.lemonde.fr/entreprises/article/2018/05/14/sncf-le-trafic-tres-perturbe-les-syndicats-prevoient-une-journee-sans-cheminots_5298590_1656994.html?xtmc=sncf&xtcr=2
  2. https://twitter.com/TCheminots/status/996015110635315205
  3. https://twitter.com/AG_Rennes2/status/995890506323329024
  4. http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-ouen-les-partiels-de-paris-8-annules-apres-le-blocage-par-les-etudiants-grevistes-14-05-2018-7715127.php#xtor=AD-1481423554
  5. http://www.europe1.fr/societe/universiteslyon-2-des-etudiants-ont-bloque-le-debut-des-examens-3651377#xtor=CS1-16
  6. https://twitter.com/PatounesVeneres/status/995939140742115329
  7. http://www.lefigaro.fr/societes/2018/05/14/20005-20180514ARTFIG00197-air-france-anne-marie-couderc-va-etre-nommee-presidente-interimaire.php
  8. https://twitter.com/CgtMcDonaldsIDF/status/996035439801847808
  9. http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/velib-la-greve-des-salaries-est-illicite-le-juge-ordonne-la-fin-des-blocages-1445221.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *