Journal de lutte, 21 mai 2018

Les premiers résultats de ParcourSup tomberont demain

Ce mardi 22 mai, les quelques 800 000 candidat-es inscrit-es sur ParcourSup recevront leurs premières réponses aux vœux formulés fin mars. La non-hiérarchisation des vœux va probablement entraîner une situation chaotique demain. Les candidat-es aux meilleurs dossiers scolaires vont truster les places de tous leurs vœux, conformément à leur classement par les formations. Ainsi, des lycéen-nes aux très bons résultats académiques auront jusqu’à 10 candidatures acceptées demain, leur laissant un large choix de formation. Les autres, recevront la mention « en attente » pour leurs candidatures, les plongeant dans un long cycle d’attente de nouveaux résultats.1 Selon la Cour des Comptes, près de 400 000 candidat-es seraient concerné-es par le résultat « en attente », soit 50% d’entre elleux.2 On est bien loin des 80% d’affectation dès le premier tour avec APB l’année dernière (qui était le pire total de l’existence de plateforme) que fustigeait le gouvernement pour installer son Plan Etudiant et la nouvelle plateforme ParcourSup. Le processus d’affectation durera en continu entre le 22 mai et le 6 septembre, échelonnant encore plus les résultats. Le ministère de l’ESR s’est bien rendu compte de la catastrophe qui s’annonce. La preuve en est ces préconisations avancées par le rectorat de Versailles.3 Ailleurs, des « cellules psychologiques » ont été mises enplace par les établissements et/ou académies, mobilisant ainsi les PsyEN (les COP, dont le nom a récemment changé). Situation ironique quand on connait la menace qui pèse sur les PsyEN avec les dernières mesures en matière de formation du gouvernement, remettant en cause l’utilité de ces expert-es dans l’orientation des personnes. Par ailleurs, par le processus sélectif, les candidat-es aux moins bons résultats scolaires devront attendre le plus longtemps, entravant de fait leur recherche de logement et les démarches administratives d’inscription. Leurs camarades qui auront leurs résultats dès demain pourront au contraire avoir bien plus de temps pour ces tâches fastidieuses. Quand on croise ces informations avec l’origine sociale de ces étudiant-es, les plus défavorisé-es s’occupent souvent seul-es de ces démarches administratives tandis que les étudiant-es aisé-es bénéficient d’une aide familiale et d’une connaissance des procédures administratives conséquentes. Contrairement au discours gouvernemental, la loi ORE et ParcourSup est très défavorable aux classes populaires.

Publication de l’algorithme national de ParcourSup

La non-publication des algorithmes locaux de classement utilisés par les formations a été largement critiquée, et pour cause : elle entretient une opacité inexplicable quant à la sélection des candidatures. L’algorithme national a quant à lui été dévoilé aujourd’hui, à la veille des premiers résultats.4 La ministre de l’Enseignement Supérieur Frédérique Vidal et le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi ont joint à cette publication un communiqué de presse affirmant »la volonté du gouvernement de donner la plus grande transparence à la nouvelle procédure d’accès à l’enseignement supérieur ». Pourtant, le point central de l’accès à l’enseignement supérieur concerne les algorithmes locaux, et non la plateforme nationale. Cette dernière n’est en effet pas d’une grande utilité car elle ne permet aucunement de comprendre la méthode de sélection opérée par les formations. Une exception à la loi numérique de 2016 a même été formulée pour autoriser le secret sur ces algorithmes locaux, entrant de fait en contradiction avec la volonté de transparence vantée par le gouvernement. Par ailleurs, le code informatique de l’algorithme national semble présenter des erreurs et simplifications majeures entravant une bonne répartition nationale des candidatures. Des analyses précises de l’algorithme seront probablement produites dans les jours à venir, permettant de remettre en cause le bon fonctionnement de celui-ci. La réalisation de ce programme a été confié à des enseignant-es-chercheur-ses de l’INP Toulouse (une école d’ingénieur-es), habitué-es à pratiquer la sélection. Des modélisations ont été réalisées sur la plateforme, mais ceux-ci n’ont pas été publiées, tout comme les méthodes des programmeur-ses de ParcourSup. Pour une vraie transparence, il faudrait publier les algorithmes locaux, les méthodes et les résultats de simulation de l’algorithme national !

Grosse journée de mobilisation en prévision

Demain, des manifestations sont prévues dans toute la France regroupant des fonctionnaires, dont le statut est menacé selon les dernières déclarations gouvernementales à ce sujet. Le secrétaire d’Etat à la Fonction Publique Olivier Dussopt a beau essayer de tempérer la situation, nous savons tou-tes que l’exécutif a l’objectif d’une suppression de 120 000 postes de fonctionnaires sur le quinquennat.5 Ainsi, les personnels enseignant et éducatif, soignant, des transports, des transports, de l’énergie de la culture, de la Poste, des collectivités territoriales ou encore de Pôle Emploi seront mobilisés (liste non-exhaustive). Localement, les étudiant-es et lycéen-nes se joindront à eux alors que les premiers résultats de ParcourSup tomberont. Les syndicats, même les plus réformistes, ont appelé à défiler ensemble lors de cette journée.

Harcèlement d’une syndicaliste étudiante

Maryam est présidente de l’UNEF Paris 4 et a été interviewé à ce titre par M6, une interview lors de laquelle elle apparaissait voilée. Laurent Bouvet du Printemps Républicain (organisation résolument raciste qui se revendique de gauche mais qui soutient Manuel Valls) est instantanément monté au créneau, fustigeant la promotion par la syndicaliste de l’islam politique. Pourtant, dans son interview, la militante n’évoquait que des sujets en lien avec le mouvement étudiant actuel, sans jamais faire allusion à sa religion ni à ses pratiques. Laurent Bouvet s’est permis de l’amalgamer à une radicalisation islamiste par le simple port de son voile et sa religion. Rien dans les propos de l’étudiante lors de l’interview ne pouvait être interprété de cette manière, la réaction de Bouvet étant purement raciste, basé sur un simple vêtement porté par celle-ci. S’en suivi un déferlement de haine, virtuelle et médiatique, contre la syndicaliste, des ministres et autres responsables politiques s’arrogeant même le droit de critiquer le choix de l’UNEF d’avoir une présidente locale musulmane. Si Laurent Bouvet et tou-tes les réactionnaires de ce pays se sont permis un tel harcèlement, c’est parce que Maryam est une femme de confession musulmane, et que les dirigeants masculinistes blancs ont du mal à accepter qu’une étudiante racisée et croyante non-chrétienne puisse entrer dans le champ politique et y acquérir des responsabilités pour se défendre et défendre ses camarades étudiantes.

Quand Maryam a adhéré à l’UNEF, elle l’a fait en toute conscience des valeurs et principes progressistes de cette organisation. Quand elle milite au quotidien auprès de ces camarades athées ou de confessions différentes, elle défend les idéaux de son organisation comme les autres. Si elle avait exprimé des positions conservatrices et réactionnaires, ne croyez-vous pas que l’UNEF aurait immédiatement questionné son engagement et son adhésion aux valeurs de l’organisation ? Seul-es les membres de l’UNEF ont un droit de regard sur ce qui se passe au sein de leur syndicat, ni l’Etat, ni des organisations politiques n’ont leur mot à dire. Si Maryam a été élue présidente, c’est bien parce qu’elle représentait au mieux l’UNEF et ses idées progressistes.

Fermetures de magasins Carrefour pour augmenter les actionnaires

Les syndicats ne s’y étaient pas trompés en déclenchant des grèves début avril; le groupe Carrefour cède plusieurs centaines de magasins, dont 227 n’ont pas trouvé de repreneur à ce jour6 et sont donc condamnés à fermer à brève échéance. Que vont devenir les salariés ? Le groupe promet (et on sait ce que valent leurs promesses) des reclassements locaux, mais la vigilance des syndicats ne sera pas de trop pour forcer l’entreprise à tenir ses engagements.

La qualité et l’efficacité des grands gestionnaires, qui doivent faire face à la concurrence – dont les salariés, bien sur, font les frais en premier, au contraire des actionnaires, qui réclament encore plus de dividendes – apparaît pour ce qu’elle est, c’est à dire bien décevante par rapport à leur salaires exhorbitants et les parachutes dorés qui attendent encore les éventuels partants qui fuieraient leurs soit-disant responsabilités.

  1. http://abonnes.lemonde.fr/campus/article/2018/05/20/parcoursup-la-sensible-question-des-candidats-en-attente_5301969_4401467.html
  2. https://www.solidaires-etudiant.org/blog/2018/05/20/parcoursup-exploser-22-mai/
  3. http://img.lemde.fr/2018/05/17/0/0/989/739/534/0/60/0/57f59c3_30187-1ri8aab.4czph.JPG
  4. http://abonnes.lemonde.fr/campus/article/2018/05/21/le-ministere-de-l-enseignement-superieur-devoile-l-algorithme-principal-de-parcoursup_5302387_4401467.html
  5. http://abonnes.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/05/21/mouvement-de-greve-de-fonctionnaires-les-perturbations-a-prevoir_5302404_1656968.html
  6. https://www.20minutes.fr/economie/2274639-20180521-grande-distribution-227-magasins-carrefour-appeles-fermer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *