Journal de lutte, 24 mai 2018

SNCF : Le gouvernement tente de diviser les syndicats.

Avant le passage au sénat, et en retour de quelques minuscules concessions sans grande valeur, le député LREM Jean-Baptiste Djebbari, rapporteur du texte a commencé à appeler la CFDT et l’Unsa à la « responsabilité », mot-valise pour « trahison des intérêts des cheminots »1. Pourquoi ne s’adresser qu’à la CFDT et l’Unsa ? C’est que le député godillot, aux ordres de Matignon, sait bien la réponse qu’il risque de recevoir de la CGT ou de SUD Rail. Les syndicats ne devraient pas se laisser prendre à ces manœuvres grossières, surtout quand on se rappelle la large victoire de l’opposition à la réforme de la SNCF lors de la consultation organisée par l’interfédérale.2

La visite du château de Versailles impactée par la grève

C’est un véritable impact et qui ne devrait pas s’arranger avec le temps, mais c’est aussi un symbole intéressant: la fréquentation du château des anciens dictateurs français, symbole de l’ultra-centralisme et de la mégalomanie, est en baisse de près de 20%3. Avec les beaux jours, la situation n’ira pas en s’améliorant. C’est encourageant de voir la grève impacter l’économie, car c’est à ce prix qu’elle pourra avoir de la force.

Les conséquences à long terme se manifestent aussi sur le frêt, comme dans l’exemple du transport de l’orge4. D’autres secteurs font état d’inquiétudes: on parle des commerçants aux alentours des gares, par exemple. Sur le long terme, les impacts vont commencer à se faire plus importants.

40 000 étudiant-es supplémentaires ont reçu une affectation en 2 jours

Sur les 400 000 étudiant-es n’ayant reçu aucune affectation dans l’enseignement supérieur mardi lors des premiers résultats sur ParcourSup recevant à la place des réponses négatives sur tous leurs vœux ou une place sur liste d’attente, près de 40 000 d’entre elleux ont reçu une réponse positive depuis 2 jours.5 Les candidat-es ayant eu plusieurs propositions positives ont fait leur choix, libérant des places sur liste d’attente dans les formations où iels ont finalement annulé leur candidature. Le rythme est pour le moment rapide, les places se libèrent car les élèves aux meilleurs résultats académiques avaient souvent le choix entre de nombreux vœux, mais ce rythme soutenu ne va pas durer. En effet, parmi les candidat-es qui ont reçu au moins une affectation positive, nombreux-ses sont celles/ceux dont la formation proposée n’était qu’un vœu de sécurité, par défaut. A ce titre, iels joueront la montre, pour tenter d’accéder à leurs vœux « supérieurs » (il n’y a pas de hiérarchisation des voeux, mais les candidat-es peuvent préférer une formation à une autre de façon informelle). On entre peu à peu dans une logique angoissante, où les élèves sont soumis-es à une rude pression psychologique. Quoi qu’il en soit, ParcourSup a très bien fonctionné et exécuté les intentions du gouvernement, mais contrairement aux mensonges de ce dernier, ce ne sont pas 50% des étudiant-es qui sont satisfait-es par ParcourSup mais 50% des étudiant-es qui ont eu au moins 1 vœu satisfait sur ParcourSup, ce qui est sensiblement différent.

Suite à la grève du 22, des interpellations de mineurs dans un lycée

Beaucoup d’interpellations ont eu lieu à Paris, au lycée Arago, et ont notamment concerné un nombre significatif de mineurs6. Beaucoup de parent étaient encore sans nouvelles de leurs enfants ce matin, alors que la police est sensée prévenir leurs responsables légaux. L’institution se défausse en parlant d’un grand nombre, qui a posé des problèmes « logistiques » (lire : la police était totalement dépassée).

Ces interpellations, suivies de gardes à vue, dont certaines prolongées jusqu’à 48 heures, sont surtout un message terriblement violent adressé aux lycéens qui seraient tentés de rejoindre le mouvement de contestation contre la loi ORE de sélection à l’Université. Des comportements flirtant avec la légalité voire absolument illégaux pour impressionner et faire craquer les lycéen-nes mobilisé-es. Les textes qui prévoyaient la création d’un nouveau délit, voté sous Sarkozy il y a presque dix ans, commencent à être utilisés à ce pour quoi ils ont été conçus en premier lieu: réprimer les mouvements sociaux par des micro-détentions arbitraires, sans recours pour les victimes. (Voir plus d’explications de sur le site de Lundi.am).

Le syndicat Sud Education 93 a fait un communiqué pour demander la libération d’un de leur membre 7.

  1. http://www.leparisien.fr/economie/greve-sncf-j-appelle-la-cfdt-et-l-unsa-a-la-responsabilite-23-05-2018-7731804.php
  2. https://sudrail.fr/Resultat-Vot-action-a-SNCF-Le-gouvernement-doit-revoir-sa-copie
  3. https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/greve-a-la-sncf/greve-baisse-de-frequentation-a-versailles_2766207.html
  4. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/greve-sncf-quelles-consequences-cerealiers-yonne-1480787.html
  5. https://abonnes.lemonde.fr/campus/article/2018/05/24/parcoursup-44-des-candidats-sont-en-attente-ou-refuses-partout-contre-48-mardi_5304048_4401467.html
  6. https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/22/greve-des-fonctionnaires-plus-de-130-interpelles-a-paris-dont-101-durant-loccupation-dun-lycee_a_23441074/
  7. https://www.sudeducation93.org/Liberation-immediate-et-sans-poursuite-de-notre-camarade-Yann-et-de-tous-et

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *